Aylan Afir
14/11/2019 14:54

L'Algérie devenue un carrefour du trafic international des passeports

L'Algérie est-elle devenue un carrefour pour le trafic international. Les étrangers interpellés en possession de faux passeports de différentes nationalités peut le suggérer. Selon un responsable de la DGSN, les services de sécurité ont arrêté des ressortissants étrangers de différentes nationalités dans des dossiers de trafic de passeports. Dans certains cas, cela concerne des passeports spécifiques, tels les passeports diplomatiques.

Lors d'un forum scientifique national sur l'immigration clandestine qu'Alger abrite à partir de ce jeudi, le commissaire Mehdi Bencherif, sous-directeur chargé des étrangers et des immigrés, a fait une révélation inédite. Selon lui, la police a arrêté plusieurs étrangers en possession de passeports trafiqués. Des passeports de plusieurs nationalités, selon ses dires.

En effet, le responsable de la DGSN a fait savoir dans son intervention que les services de sécurité ont interpellé des ressortissants turcs en possession de passeports trafiqués. À ce titre, il a précisé que ce sont des passeports spécifiques qui exonèrent leurs détenteurs de visas pour l'espace Schengen.

Les passeports singapouriens prisés par les auteurs de trafic

Aussi, des passeports singapouriens ont également été saisis à l'issue d'enquêtes menées ces dernières années. Ce sont des Chinois qui en étaient détenteurs. Le commissaire Bencherif a souligné à ce titre que le passeport de Singapour donne accès à plusieurs pays sans visas. C'est ce qui attire les auteurs de ce trafic. Et pour les mêmes raisons, le passeport malaisien est aussi prisé par les trafiquants. D'ailleurs, la police a arrêté des Sri-Lankais en possession de passeports malaisiens.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Sur un autre registre, le commissaire a abordé le sujet des harraga qui ont fait l'objet d'une étude de la police nationale. Selon lui, 75% des Algériens qui ont tenté l'aventure de l'immigration clandestine n'ont jamais déposé une demande de visa. C'est dire qu'ils savaient que le Consulat de France n'aurait jamais accepté leurs requêtes.

Lire aussi : Kabylie : démantèlement d'un réseau international de trafic de voitures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus