khaled Bel
02/05/2018 15:48

VIDÉO. Pourquoi les Kabyles tournent le dos à l'hymne national algérien ?

Hier premier mai, les supporteurs de la Jeunesse Sportive de Kabylie (JSK) ont une nouvelle fois tourné le dos à l'hymne national algérien, à l'occasion de la finale de la coupe d'Algérie qui a vu leur équipe s'incliner face à l'Union Sportive de Médinat de Belabes (USMBA) sur le score de 1 à 2.

Les Canaris ne sont d'ailleurs pas les seuls à le faire, les supporteurs d'un autre club de Kabylie, le Mouloudia Olympique de Béjaia (MOB) l'ont déjà reproduit. Un geste hautement symbolique mais incompréhensible pour la majorité des algériens.

Pourquoi les Kabyles tournent le dos à l'hymne national algérien ?

La JS Kabylie n'a jamais été un simple club de football.  Le club a été créé par des jeunes sportifs Kabyles pour concurrencer le club colonial de l'Olympique de Tizi Ouzou (OTO) en 1946 avant de cesser toutes les activités sportives en 1958 en répondant à l'appel du Front de Libération Nationale (FLN).

La Jeunesse Sportive de Kabylie (JSk) est devenue un symbole de résistance et un porte-étendard de la cause amazigh après l'indépendance. L'arrivé au pouvoir de Benbella et Boumediene, à la tête d'un système arabo-baasiste hostile à la Kabylie et tout ce qu'elle représente, a fait des gradins du club un espace d'expression. Boumediene a même changé le nom du club vers « Jamiat Sari' Kawkabi » de 1971 à 1977 et la « Jeunesse Électronique de Tizi-Ouzou » de 1977 à 1989, pour omettre le mot Kabylie qui dérangeait.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Devenu le club le plus titré de l'Algérie et l'un des clubs mythiques de l'Afrique, la JSK a accompagné les Kabyles durant toutes les étapes de leur combat jusqu'à l'officialisation de Tamazight et la reconnaissance de Yennayer comme fête nationale, en passant par les deux tristes et sanglants printemps Berbère et noir.

Les supporteurs de la JSK tournent le dos aux officiels algériens en chantant «Ulac Smah Ulac» (Traduction: Pas de pardon). Pour rappeler aux responsables algériens qu'ils n'ont pas oublié les martyrs et les victimes de la répression féroce du pouvoir algérien. Des martyrs tombés sous les balles réelles des agents de sécurité de leur propre pays.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus