Pica Ouazi
28/11/2019 16:02

Résolution du Parlement européen sur l'Algérie : Ce qu'il faut savoir

Le Parlement européen a voté ce jeudi 28 novembre une résolution sur la situation politique en Algérie. Les parlementaires ont dénoncé les atteintes aux libertés et exprimé leur inquiétude sur la situation des droits humains dans le pays. Ainsi après moult tergiversations et reports, les parlementaires ont adopté à la majorité une résolution sur la situation politique en Algérie.

Les parlementaires européens demandent aux autorités algériennes à travers cette résolution de mettre un terme à la répression du Hirak et d’avancer sur le chemin de la démocratie. Ils condamnent fermement « les détentions arbitraires et illégales ainsi que les attaques et les intimidations de journalistes, syndicalistes, avocats, étudiants, défenseurs des droits de l’Homme et de la société civile et de tous les protestataires pacifiques qui ont pris part au Hirak ».

Les parlementaires défendent la liberté de culte

Les eurodéputés ont réagi à la fermeture des églises protestantes en Algérie. Ils ont aussi fait allusion aux courants musulmans minoritaires qui subissent la répression des autorités. Ainsi, le texte de la résolution consacre quelques paragraphes à ces communautés. Ils demandent, à ce titre, aux autorités de « mettre un terme à la violation de la liberté des Chrétiens, des Ahmadis et autres confessions religieuses minoritaires ». Les eurodéputés sollicitent même la réouverture d’un certain nombre d’églises protestantes fermées récemment.

Le Parlement européen soutient la société civile et appelle au dialogue

La résolution conclut en demandant « au Service européen d’action extérieure (EEAS, la diplomatie de l’UE), à la Commission européenne et aux États membres de soutenir les groupes de la société civile, les défenseurs des droits de l’Homme, les journalistes et les protestataires en leur rendant visite en prison, en suivant leurs procès et en faisant des déclarations publiques ».

Le Parlement européen se dit convaincu que « les réformes démocratiques et constructives peuvent garantir la stabilité politique, économique et sociale de l’Algérie ». Pour arriver à ces objectifs, les eurodéputés appellent les autorités pour qu’elles « engagent un dialogue sincère avec les organisations de la société civile pour créer un nouveau cadre juridique en conformité avec les critères internationaux des droits de l’Homme et la Constitution de l’Algérie ».

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

La valeur de la résolution

Il faut dire que cette résolution n’a qu’une portée symbolique. Elle n’oblige pas les États membres ni les institutions européennes à modifier leur approche de la crise algérienne. Ces États et institutions ont construit leur approche sur une extrême prudence motivée par la crainte d’une déstabilisation d’un pays riche en hydrocarbures. Un pays qui contribue à stabiliser le Sahel, qui collabore avec les Européens dans la lutte contre le terrorisme et empêche, sans rien demander en échange, à ce que ses citoyens et les immigrés subsahariens qui se trouvent sur son territoire ne prennent le large en direction du sud de l’Europe.

Lire aussi : Algérie : Révélations d'un député européen sur le lobbying de Total contre le Hirak

Voir les commentaires

  • Bien.

    Mais quand le Parlement Européen programmera t-il l'ordre du jour: Comment mettre fin aux représailles Israéliennes sur le Peuple Palestinien ?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus