Kouceila Rek
28/11/2019 22:09

L'Algérie répond officiellement au Parlement européen

Le ministre des Affaires étrangères a répondu ce jeudi 28 novembre au Parlement européen qui a adopté une résolution sur « la situation des libertés en Algérie ». Le MEA condamne et rejette « dans le fond et dans la forme » l'immixtion « flagrante » du Parlement européen dans ses affaires internes.

« Le Parlement européen, sur instigation d'un groupe hétéroclite de députés partisans, a pris l'outrecuidante liberté de statuer sur le processus politique en cours dans notre pays, au moment précis où les Algériens s'apprêtent à élire, en toute démocratie et transparence, un nouveau président de la République », note la même source, précisant que « les députés européens se sont même arrogés, toute honte bue, un droit d'exiger du Parlement algérien de modifier des lois que nos députés ont souverainement adoptées ».

« Par cette démarche, le Parlement européen a démontré son mépris, non seulement des institutions algériennes, mais également des mécanismes bilatéraux de consultation prévus par l'Accord d'association, y compris dans le domaine parlementaire », relève le communiqué, estimant que le Parlement européen « a surtout confirmé, à l'initiative des députés instigateurs, qu'il promeut désormais ouvertement leur agenda du chaos provoqué, qu'ils ont malheureusement mis en œuvre dans bien des pays frères ».

« Il est révélateur qu'un des parlementaires européens ait fait l'éloge de la colonisation qui aurait permis, selon lui, l'exercice de la liberté de culte durant les 132 ans de l'occupation coloniale de l'Algérie », déplore la même source.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

« L'Algérie condamne et rejette dans le fond et dans la forme cette immixtion flagrante dans ses affaires internes et se réserve le droit de procéder à un examen général et attentif de ses relations avec l'ensemble des institutions européennes, à l'aune de ce que ces institutions confèrent effectivement aux valeurs de bon voisinage ouvert, de coopération franche et de dialogue mutuellement respectueux », conclut le communiqué du MAE.

Lire aussi : Résolution du Parlement européen sur l'Algérie : Ce qu'il faut savoir

Voir les commentaires

  • Incroyable, le peuple Algérien rejette cette mafia et eux croient qu’ils ont un droit pour parler en son nom alors qu’ils savent qu’ils n’ont aucune légitimité! Évidemment, ils veulent organiser des élections pour s’ériger une légitimité par la fraude qui a déjà commencé par la falsification des recommandations des candidats aux élections présidentielles. Le comble c’est qu’avec toutes ces recommandations, le nombre de participants aux meetings ne dépassent pas une ou deux dizaines et souvent ils viennent d’autres endroits mais pas de la même ville ou région alors que les recommandations par milliers sont attribuées à ces régions ou villes alors ou sont ces personnes qui ont signé et soutenus ces candidats ? C’est ce qu’on appelle le début de la fraude, je vous laisse deviner la suite de cette fraude!

    • Personne ne peut parler du "peuple", sans sondages, porte paroles...Manifestations par millions, ce qui ne semble pas etre le cas de toute l'Algérie.
      Les résultats prochains donneront un éclairage plus précis.
      Quand au peuple, il a mis un peu plus d'un demi siècle pour se réveiller et encore il lui manque l'essentiel : Connaitre son histoire, son passé pour appréhender sereinement l'avenir.
      Ce qui n'est pas gagné, vu que de nombreux hurluberlus de ton acabit continuent à croire aux mythes que le fln lui sert,finalement, le peuple , en partie est l'idiot utile du système, une véritable girouette.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus