Shérazade
26/11/2019 11:54

Algérie : Vente aux enchères des biens des hommes d'affaires incarcérés ?

Un sénateur, membre de la commission économique et financière au sénat, a proposé la vente aux enchères des biens des hommes d’affaires incarcérés. La mise en vente de leurs biens leur permettra ainsi de rembourser les dettes et crédits dont ils ont bénéficié.

Dans un entretien accordé au média Echourouk, le sénateur Abdelwahab Benzaim a soutenu que la solution la plus facile à réaliser aujourd’hui « serait de mettre aux enchères tous les biens et les objets de valeurs ayant appartenu aux hommes d’affaires, incarcérés actuellement à la prison d’El-Harrach ». Selon ce parlementaire, « la vente aux enchères de ces biens, permettra aux autorités de rembourser les crédits bancaires, dont ces hommes d’affaires ont indûment bénéficié ».

En contrepartie, Abdelwahad Benzaim a estimé qu’il était « impossible de convier ces détenus à des tables rondes et d’essayer de trouver, avec eux, des compromis et des solutions » » comme cela a été proposé par certains spécialistes.

Pour rappel, certains spécialistes avaient proposé également d’alléger les peines de Ali Haddad, des frères Kouninef, Issad Rebrab, Mahieddine Tahkout, Hassen Arbaoui et Mourad Oulmi, à condition que ces derniers remboursent leurs dettes. Ils avaient vu en cette solution un moyen de rebooster l’économie algérienne, qui depuis ces incarcérations, ne cesse de ralentir dans plusieurs secteurs économiques.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Récupérer les fonds volés

Dans un autre volet, le parlementaire et membre de la commission financière et économique au Conseil de la Nation a déclaré que « récupérer l’argent volé depuis l’étranger n’est pas une mission impossible ». En effet selon lui, «  cela relève de la volonté du prochain président de la République et de sa détermination. Le chef de l’État devra charger le pouvoir judiciaire d’une nouvelle mission, celle d'enquêter sur ces richesses acquises de manière illégale ».

Enfin, l’Algérie « devra parallèlement ratifier des accords avec les autres pays, afin de faciliter les procédures de récupération de l’argent volé », a expliqué Abdelwahab Benzaim.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus