Aylan Afir
24/11/2019 19:32

Algérie : Comment la campagne électorale renforce le Hirak ?

Le mouvement populaire garde toute sa vitalité depuis le 22 février, mais la campagne électorale pour la présidentielle du 12 décembre a beaucoup renforcé le Hirak dans la mesure où les maladresses des candidats et le déroulement de la campagne ont renforcé la conviction populaire dans sa démarche de rejet.

La campagne électorale entamée dimanche 17 novembre a montré que les candidats prêchent dans le désert à chaque sortie. Pour les indécis, ceci est un signe que l'élection présidentielle est réellement rejetée par le peuple algérien. Donc, en contradiction avec les discours des candidats et les partisans de la présidentielle qui affirment que les Algériens sont favorables au scrutin présidentiel.

Cette campagne électorale renforce tout simplement le mouvement populaire parce qu'elle est quasi-inexistante. Elle n'est visible que parce que le peuple est présent pour perturber les sorties électorales des candidats. D'où la conviction de beaucoup que cette échéance électorale a perdu toute crédibilité. D'ailleurs, les partisans de l'élection tentent d'imposer dans le débat l'idée du « respect de la minorité ». Ils reconnaissent qu'ils sont minoritaires et demandent que la majorité les respecte. Mais ils ne pensent pas que s'ils sont minoritaires, c'est le choix de la majorité qui doit passer.

Cela renforce le Hirak, mais pas seulement. En effet, les Algériennes et les Algériens ne se sont jamais intéressés à une élection comme la présidentielle du 12 décembre. Ils suivent de près la campagne électorale menée par les cinq candidats en lice. Il leur est donc facile de constater que les candidats n'ont aucun charisme pour qu'ils prétendent présider un pays comme l'Algérie.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Comment quelqu'un qui perturbe l'ordre public pour faire sa prière sur le trottoir peut-il aspirer à la présidence d'une nation ? C'est aussi cette médiocrité des candidats qui pousse les indécis de l'élection à rejoindre le front du rejet. Des candidats qui lancent leur campagne à partir des zaouïas à ceux qui s'attaquent à une partie de l'électorat, les Algériens n'ont plus aucun doute sur la conduite à tenir à l'occasion de cette élection présidentielle.

En outre, cette campagne est restée inaudible pour les Algériens. Et pour cause, ils sont majoritaires dans leur rejet de la présidentielle. En fait, c'est aussi un signe que les partisans de l'élection présidentielle en Algérie sont mis en minorité et qu'ils n'ont aucun poids dans la société. C'est dire qu'il existe deux catégories d'Algériens en lien avec la présidentielle prochaine. Il y a ceux qui la rejettent activement et ceux qui y sont indifférents. La campagne électorale a mis au jour cette réalité qui rend service au Hirak. Qui renforce le Hirak dans sa démarche et dans ses convictions.

Lire aussi : Présidentielle en Algérie : Le pouvoir dos au mur

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus