Hakim M
07/04/2019 13:11

Transition en Algérie : Ali Benflis s'en prend au Général Tartag et propose des solutions

Ali Benflis, le président du parti Talaie El Hourriyat, a déclaré, hier samedi 6 avril lors du forum El Moudjahid, qu'il a été victime de harcèlement de la part de l’ancien coordinateur des services de sécurité, le Général-major Athmane Tartag, qu'il considérait comme un homme antidémocratique.

Ali Benflis a révélé qu'il avait été « harcelé par le général-major Tartag [qui] avait chargé deux équipes pour le surveiller ». En effet, l'ancien chef du gouvernement de 2000 à 2003 affirme qu'un groupe le surveillait « au niveau de [son] domicile, tandis que le second était au niveau du bureau du parti ».

Pour rappel, le général-major Athmane Tartag, connu sous le nom de Bachir Tartag, a été démis de ses fonctions à la tête du Renseignement algérien du DSS (Direction des services de sécurité), anciennement appelé le DRS.

Ali Benflis propose des solutions pour sortir de la crise

Concernant la crise politique que vit l'Algérie en ce moment, le candidat aux élections présidentielles de 2004 et de 2014 a appelé à « écouter la voix du peuple » et à appliquer ses revendications par le biais des articles 7 et 8 de la Constitution. Il déclare : « je ne tiens pas à la Constitution à 100 % et je ne la rejette pas non plus. Je veux une issue acceptée par le peuple algérien et ne détruisant pas l'État national », a-t-il déclaré.

Dans son examen de ce qu'il a appelé le « dossier de sortie de crise du pays », Ali Benflis a suggéré une « transition démocratique » (de trois à six mois) pour combler le vide constitutionnel au sein de la hiérarchie du pouvoir par le biais d'une « présidence transitoire composée d'un président ou de certaines personnalités capables de présider cette étape de transition jusqu’à ce qu'une élection présidentielle juste et libre ait lieu ».

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Par ailleurs, et à propos de la réunion suspecte évoquée dans une déclaration précédente du ministère de la Défense nationale, Ali Benflis a tenu à défendre l'ancien président Liamine Zéroual en déclarant : « Zéroual est un homme patriote qui aime l'Algérie et soutient la révolution populaire ».

Voir les commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus