Pica Ouazi
29/07/2019 17:51

Kabylie : Démolition sélective de constructions illégales à Béjaïa

Kabylie - La mairie de Béjaïa a procédé hier, dimanche 28 juillet, à la démolition de 5 constructions illicites dans le plateau de Sidi Bouderhem. Les agents de l'APC, escortés par les éléments de la Gendarmerie, sont arrivés dès l'aube pour mener cette opération qui soulève beaucoup d’interrogations.

Le pôle urbain de Sidi Bouderhem, où étaient érigées ces constructions illicites, avait été aménagé pour l'implantation de 9000 logements, dont 7000 sont déjà lancés. Un programme qui concerne des logements AADL2 (1400 logements) devrait être lancé prochainement sur cette assiette de terrain. L'opération de démolition devrait se poursuivre pour toucher toutes les constructions illicites à travers la wilaya de Béjaïa.

Les propriétaires, soutenus par des citoyens, ont improvisé un rassemblement devant le siège de la wilaya de Béjaïa et fermé la route menant au quartier dans lequel les démolitions ont eu lieu. Ils ont tenu à dénoncer la discrimination qu'ils ont subie. En effet, selon les contestataires, certaines promotions immobilières, qui sont dans la même situation, auraient été épargnées par les services de l'APC.

D'autres citoyens ont réagi sur les réseaux sociaux pour appeler au traitement du phénomène des constructions illicites dans son ensemble, pour que ces opérations de démolition ne deviennent pas au final une injustice de plus. Ces internautes s’interrogent sur les terrains vendus par des squatteurs et la responsabilité des autorités locales qui permettent ce genre de constructions illicites pour ensuite procéder à leur démolition. Ils pointent aussi du doigt « la présence de bulldozers qui terrassent des terrains jour et nuit, dans l'illégalité, dans toute la périphérie de Béjaïa, sans que les autorités n'interviennent ».

L'APC de Béjaïa refuse de communiquer

À ce propos, les responsables que nous avons essayé de joindre afin d’éclairer l'opinion publique et de répondre aux accusations des citoyens étaient tous occupés. En effet, nous avons essayé de joindre le maire de la ville, ses adjoints, le secrétaire général ainsi que les services de l'urbanisme et tous étaient soit absents, soit occupés, soit non habilités à répondre à nos questions.

Néanmoins, la cellule de communication de l'APC de Béjaïa a publié un communiqué où le Président de l'APC a déclaré que « la commune récupérera tous ses biens occupés illégalement sur l'ensemble de son territoire ». Il informe que les maisons démolies ont été construites sur « un espace qui est d'une superficie de 777 m² fera l'objet d'une étude pour la construction de la maison de l'artisanat ». Le maire ajoute que « l'APC de Béjaïa a pris la décision de récupérer le siège de l'UNFA pour faire extension de la maison de l'artisanat et procédera incessamment à la récupération de la parcelle limitrophe au siège de l'UNFA ».

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Seul le maire peut signer les arrêtés de démolition

La démolition de ces constructions anarchiques « est régie par de strictes procédures légales et administratives », à travers l'établissement des procès-verbaux de constat pour infraction à l'urbanisme par des agents compétents relevant des communes ou de l'inspecteur de l'urbanisme de la circonscription administrative concernée, de la police de l'environnement et de l'urbanisme relevant de la Sûreté nationale ou de l'instance compétente en matière d'urbanisme relevant de la Gendarmerie nationale. Après réception du PV pour infraction à l'urbanisme, le président de l'Assemblée populaire communale (APC) émettra un arrêté de démolition de la construction anarchique dans un délai de 8 jours à compter de la date de réception du PV tout en disposant du droit de recours à la force publique.

Dilapidation du foncier à Béjaïa, un épineux problème

La lutte contre les constructions illicites dépend de plusieurs autorités locales. La Direction des forêts, la Direction de l’environnement, les Domaines et les APC sont tous impliqués dans le dispositif de protection du domaine public et du domaine privé de l’État. Mais malgré cela, rares sont les constructions illicites qui sont démolies, même celles qui sont à quelques mètres de l’eau. Le blocage se situe, selon les militants environnementaux, au niveau des APC qui sont les seules à avoir le pouvoir d’émettre des arrêtés de démolition.

Ces constructions anarchiques et le pillage du foncier grippent l’administration locale à Béjaïa, les enjeux sont importants ; une certaine classe exerce une pression sur les décisions des maires qui se retrouvent otages de la mafia du foncier, selon des activistes politiques à Béjaïa.

Malgré la complexité de la situation, toute la classe politique s’accorde à dire que le pillage du foncier est un désastre sur tous les plans et que le statu quo ne doit plus être accepté. Les citoyens attendent des décisions courageuses afin de sauver leur ville et de l’extirper des mains de « la mafia du foncier ».

Lire aussi : Béjaia: Le méga-projet touristique d’Issad Rebrab Bloqué

Laisser un commentaire

Voir les commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus