Pica Ouazi
29/08/2019 09:30

Google Earth célèbre tamazight et les autres langues autochtones

Dans le cadre de l’Année internationale des langues autochtones des Nations unies, Google Earth a créé un projet pour faire connaitre et rendre hommage à ces langues. Il a notamment rendu hommage à la langue amazighe avec le témoignage de Sanaa Abidar qui a collaboré dans le projet.

Google Earth fait découvrir tamazight, une des langues berbères parlées dans les pays africains. Google Earth insiste sur les dangers qui guettent cette langue millénaire, surtout que les autochtones sont obligés de se battre pour la préserver. Sanaa Abidar témoigne que malgré la reconnaissance officielle de tamazight au Maroc depuis 2011, les autochtones galèrent « pour continuer à parler et pour constituer un héritage pour leurs enfants ».

Le cas des Amazighs du Maroc est similaire à celui de tous les Amazighs de l’Afrique du Nord, qui subissent l’exclusion de leur langue et sa dévalorisation.

Les langues autochtones en danger de disparition

Ainsi Google Earth tente de sauver les 2 680 langues autochtones qui sont en danger, selon les Nations unies. Il propose de découvrir ces langues inconnues pour les faire connaitre, « nous avons rassemblé ici les témoignages de 55 locuteurs autochtones, qui nous font découvrir leurs formules de salutation traditionnelles, leurs adages préférés et les chants qui leur sont chers », peut-on lire sur le site de Google Earth.

Pour découvrir ces langues, il suffit d’explorer la planète et de cliquer sur les points rouges mis en évidence dans cette application. Ainsi Google Earth veut aujourd’hui élargir les horizons pour faire découvrir des langues autochtones riches en culture. Parfois, ces langues sont parlées par moins de 6 000 personnes.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Sans un travail de partage et de mémoire, elles seront malheureusement oubliées. Il faut dire que malgré la difficulté de recensement des langues parlées dans le monde le site ethnologue.com en comptabilise actuellement  7111, dont près de la moitié serait en danger.

Lire aussi : Algérie : l’ancien ministre Gholamallah traite de « soumis » ceux qui écrivent Tamazight en latin

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus