Shérazade
08/10/2019 14:30

Près d'un million d'immigrés algériens établis en France (INSEE)

6,5 millions d’immigrés vivent en France, soit 9,7 % de la population totale en 2018. C’est ce que l'Institut national des statistiques et des études économiques (INSEE) a dévoilé hier lundi 7 octobre. Ainsi, la France compte 4,1 millions d’immigrés de nationalités étrangères, dont plus de 807'500 immigrés algériens.

Depuis le 1er janvier 2019, la France compte 66,9 millions d’habitants, selon l’INSEE. Parmi eux, il faut compter 6,5 millions d’immigrés vivant en France, soit 9,7 % de la population totale. Le nombre d’immigrés ayant acquis la nationalité française est estimé à 2,4 millions de personnes. Pour ce qui est des immigrés Algériens, l’institut de statistique en a recensé 807 500. Ce chiffre est en progression continue depuis la Seconde Guerre mondiale.

La population étrangère qui vit en France se compose donc de 4,1 millions d’immigrés n’ayant pas encore la nationalité française. Et aussi, de 0,7 million de personnes nées en France de nationalité étrangère.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Illustration en données graphiques : nombre d'immigrés en France

46,1 % des étrangers sont nés en Afrique, dont 807'500 Algériens

L’institut national des statistiques et des études économique (INSEE) a montré que 46,1 % des immigrés, résidant en France, sont nés en Afrique, contre 33,5 % en Europe. Les pays de naissance les plus fréquents des immigrés sont : l’Algérie en première position (avec 13 % d'immigrés), le Maroc (11,9 %). Le Portugal vient en troisième position avec 9,2 %, suivi par la Tunisie (4,4 %) l’Italie (4,3 %), la Turquie (3,8 %) et l'Espagne (3,7 %). Ainsi, les 807 500 Algériens représentent le plus gros taux d’immigrés en France.

Enfin, pour l’année de 2018, la France a accordé 255'956 titres de séjour seulement. Plus d’un tiers de ces titres de séjours (35,2 %) ont été accordés pour des motifs familiaux. On parle ainsi d’environ 112'820 titres de séjour pour le regroupement familial. Un autre tiers (32,5 %) concerne les étudiants. Le reste se répartit principalement entre l’immigration humanitaire (13,3 %) et économique (13,1 %). Le président français, Emmanuel Macron avait affirmé que « La France ne peut pas accueillir tout le monde si elle veut accueillir bien », ajoutant que « pour pouvoir accueillir tout le monde dignement, on ne doit pas être un pays trop attractif ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus