khaled Bel
27/09/2017 14:31

Révélations. EN : Zetchi offrira à Alcaraz plus de 180 000 € en cas d'échec et 50 000 € en cas de réussite

Le président de la Fédération Algérienne de football (FAF) successeur de Mohamed Raouraoua, Nouredine Zetchi est désormais Dans l'oeil du cyclone après les révélations faites par la presse sur le contrat qui le lie avec le sélectionneur national Lucas Alkaraz, un contrat jugé léonin qui n’arrange que l'entraîneur espagnol, lui accordant une prime d'échec trois fois plus supérieure que celle promise en cas de réussite à la tête de la barre technique de l'Equipes Nationale algérienne.

En effet, percevant 60 000 euros comme salaire mensuel, jugé déjà exorbitant si l'on sait que l'entraîneur espagnol sans expérience avec les sélections nationales ni palmarès conséquent, touche le même salaire que l’entraîneur du Maroc Hervé Renard, Lucas Alcaraz est recruté grâce à un agent marocain dont la médiation était facturée à 30 000 euros, aux termes d'un contrat avec des clauses intrigantes, lui offrant des primes alléchantes en cas d'échec et plus intéressantes qu'en cas de réussite.

Selon le quotidien francophone Liberté ayant pu se procurer une copie du contrat « Dans le cas où l’EN n’atteindrait pas le stade des quarts de finale de la CAN 2019, la FAF a le droit de résilier le contrat de travail mais à une condition : Alcaraz bénéficiera d’une indemnité de départ équivalant à trois mois salaires, soit 180 000 euros.» alors que le sélectionneur national ne devrait toucher que 50 000 euros en cas de qualification aux demi-finales de la CAN.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

«Il faut noter aussi que le contrat prévoit également une prime de 150 000 euros si l’EN venait à remporter la CAN 2019, ce qui correspond à une prime exorbitante et démesurée. Pis, le contrat prévoit aussi une prime de 100 000 euros en cas de qualification au Mondial 2018, alors qu’Alcaraz a toujours soutenu qu’il n’est pas responsable de l’objectif du Mondial. En d’autres termes, pour Alcaraz, si l’EN s’était qualifiée à la Coupe du monde c’est bien, elle lui aurait rapporté un bon pactole, mais dans le cas contraire, comme c’est le cas aujourd’hui, il ne perd rien.» révèle encore ledit journal avant de rajouter « le contrat stipule qu’Alcaraz devra diriger tous les matches des éliminatoires de la CAN 2019, même si l’Algérie est éliminée au bout de 3 matches de la phase finale. Sachant que les éliminatoires s’étalent du mois de juin 2017 à septembre 2018, imaginez le nombre de salaires à payer à Alcaraz même s’il est éliminée au bout de quelques matches, même s’il faut concéder là que cette éventualité est quasi nulle, du fait que 24 équipes vont se qualifier à la CAN 2019.» lit-on.

Des révélations fracassantes sur une gestion chaotique de la fédération algérienne du football par un président qui promettait une gestion meilleure des ressources financières de la FAF, dans une démonstration d'un amateurisme flagrant.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus