Aylan Afir
19/08/2019 21:36

Mercato : La réponse sèche de Youcef Belaïli au président d'Angers SCO

L'attaquant algérien Youcef Belaïli a répondu sèchement au président du club français d'Angers, Saïd Chabane. Ce dernier avait démenti les informations faisant état d'un probable retour du footballeur à Angers SCO. Mais le Fennec n'a pas manqué d'affirmer, dans un entretien au journal sportif Le Buteur, l'existence de contacts pour un retour durant le mercato d'été, précisant qu'il refusait lui-même d'y retourner.

« Les déclarations de Chabane m’ont vraiment surpris. Pourtant, depuis que je suis parti d’Angers, je n’ai pas échangé avec lui directement. Il a dit que je suis venu à Angers avec des béquilles. Ça veut dire quoi ? C’est vrai que je revenais d’une suspension de deux ans, mais je continuais à m’entraîner. En tant que président d’un club professionnel, il ne devait pas parler ainsi de moi. Et aussi, en tant qu’Algérien, il fallait qu’il se comporte différemment avec moi et me défendre, car je le répète, j’ai été victime de hogra à Angers. C’est un président qui fait du business avec les joueurs et moi, j’ai ma personnalité et c’est pour cela que je suis parti rapidement », assène Youcef Belaïli.

L'entretien était une occasion pour le sociétaire de l'ES Tunis de confirmer qu'Angers voulait le faire revenir après son sacre africain. Alors que le président de ce club de football de l'ouest de la France a démenti l'information sur son probable retour.

Youcef Belaïli ne retournera pas à Angers

«  … je préfère arrêter le football que de revenir à Angers. »

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

« Oui, je confirme qu’Angers voulait me récupérer. Chabane a envoyé un agent […] il allait me vendre », a fait savoir l'attaquant des Verts dans le même entretien. Youcef Belaïli répond sèchement sur la question : « Maintenant et avec tout ce qui s’est passé, je peux vous dire que je préfère arrêter le football que de revenir à Angers », a-t-il rétorqué.

C'est que le joueur algérien a beaucoup souffert durant son passage au sein de cette équipe d'Angers. Il a surtout souffert de marginalisation, comme il le dit sans ambages : « Je vais le dire haut et fort, j’avais ma place à Angers, mais on m’a marginalisé ». Il poursuivra en affirmant que juste après son départ de ce club, il a réussi à gagner deux Ligues des Champions d'Afrique, deux championnats et une Supercoupe avec l'ES Tunis. Et l'apothéose, c'est le sacre de l'Algérie en Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2019 auquel il a grandement contribué. « Tout cela prouve ma valeur », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Voir les commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus