Abdelah Oul
08/10/2019 17:32

« C'est une honte » : L'énorme coup de gueule de Belmadi

Djamel Belmadi a animé une conférence de presse, ce mardi 8 octobre, au Centre technique national de Sidi Moussa, après l’entame du stage en prévision des deux matchs amicaux qui opposeront l’Algérie au RD Congo, jeudi prochain au stade Stade Mustapha Tchaker de Blida, puis la Colombie mardi prochain, à Lille, au stade Pierre-Mauroy. Le sélectionneur national a notamment poussé un coup de gueule sur l’état déplorable des pelouses des stades algériens.

S’exprimant sur les deux prochains matchs de préparation, le sélectionneur national a déclaré que le RD Congo est une équipe technique qui recèle de bonnes individualités. En ce qui concerne le match face à la Colombie, Djamel Belmadi a affirmé que ce sera un véritable test, il a ensuite évoqué les difficultés rencontrées par la sélection algérienne à trouver, en France, un stade qui puisse la recevoir, soulignant que certaines villes ont même refusé.

« Pour le match de la Colombie, c'est bien de savoir où l'on se situe. On sait où l'on se situe en Afrique, là on va voir au niveau mondial […] Ça n'a pas été facile de trouver une ville en France pour nous recevoir, certaines villes ont refusé. Lille a accepté, nous sommes heureux d'y aller […] Je n'ai aucune appréhension même si j'ai en tête ce qui s'est passé au stade de France en 2001 ».

Le coup de gueule de Belmadi concernant l’état désastreux des pelouses algériennes

Après le match de la sélection algérienne des joueurs locaux face au Maroc, dans le cadre des éliminatoires du CHAN 2020, Djamel Belmadi a reconnu qu’il y avait des lacunes dans l’organisation de la rencontre, avant de parler de l’état lamentable des pelouses algériennes, notamment celle de Mustapha Tchaker à Blida.

« C’est malheureux, j’ai vu le triste spectacle. J’en avais honte en présence du président de la fédération marocaine. L’hymne national qui ne fonctionne pas, le courant qui est coupé, la pelouse en piteux état tout ça après notre consécration en Coupe d’Afrique des Nations », a-t-il déploré. Avant d’ajouter : « on nous dit que des stades vont être livrés au premier trimestre 2020, mais pour le moment on ne sait pas quel sera notre stade […] On a un vrai souci de stade. Ça fait un an que je me déplace à Tchaker, à chaque fois on me dit la même chose. J'ai été hier et c'est vraiment du bricolage ».

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Djamel Belmadi évoque le cas Houssem Aouar et les autres binationaux sélectionnables

Le sélectionneur national a également réagir aux récentes rumeurs concernant le choix de certains joueurs franco-algériens de représenter l’équipe d’Algérie. Djamel Belmadi laisse bien évidemment la porte ouverte à condition qu’ils se manifestent. « Houssem Aouar est en équipe de France Espoirs, mais il n’a pas encore joué pour les (A) donc il est sélectionnable », a-t-il affirmé, ajoutant que les autres binationaux cités, dont Yacine Adli et Rayan Ait-Nouri, savent bien que l’Algérie est intéressée par leurs services, toutefois, il faudra d’abord qu’ils manifestent leur intention de porter les couleurs de la sélection nationale.

Djamel Belmadi parle de Cristiano Ronaldo et de Didier Deschamps

Le sélectionneur algérien a terminé 4e au classement FIFA des meilleurs entraîneurs au monde, devançant notamment le sélectionneur français Didier Deschamps. Djamel Belmadi a tenu à saluer ceux qui ont voté pour lui, notamment Cristiano Ronaldo, capitaine du Portugal, et Didier Deschamps qui lui a adressé un courriel pour l’occasion. « Oui Cristiano Ronaldo a voté pour moi, on s'incline devant un joueur comme lui. Deschamps qui m'a envoyé un courrier qui m'a fait plaisir. Je suis reconnaissant puisqu’on estime que notre travail est bon ».

Djamel Belmadi revient sur « les criminels de l’audiovisuel »

À sa première sortie médiatique depuis le sacre de l’Algérie à la CAN 2019, Djamel Belmadi avait fustigé les consultants sportifs qui ont remis en cause ses choix et critiqué certains joueurs avant l’entame de la compétition. Tout en pointant du doigt l’attitude des consultants visés, Djamel Belmadi avait conclu en déclarant que ces gens-là doivent venir où ils ont l’habitude de s’exprimer pour présenter des excuses publiques. « La dernière fois, mes propos ont peut-être été extrêmes, mais ces personnes-là avaient tenu des propos encore plus extrêmes : ces personnes ont fait un grand mal. Je ne suis pas là pour faire des excuses, c'est du passé, je me concentre sur mon travail », a affirmé Belmadi.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus