Ahmed Oul
09/09/2019 10:58

Situation politique en Algérie : Vladimir Poutine aurait pris position

Le président russe Vladimir Poutine soutiendrait les propositions de l'institution militaire pour une sortie de crise en Algérie. Le chef de l'État russe s’engage de plus en plus en faveur de l'option constitutionnelle prônée par le chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah, selon les révélations du journal français Le Monde.

Le quotidien français explique que le soutien de la Russie à l'option de l'institution militaire dans la tenue rapide d’une élection présidentielle dans le cadre existant s’inscrit dans un investissement de longue durée pour la Russie en Algérie. La position de Moscou correspond également à une stratégie d’implantation sur la rive sud de la Méditerranée.

La relation russo-algérienne se développe notamment dans les différents domaines de la coopération économique et militaire. L’Algérie est actuellement le premier client de l’industrie d’armement russe de la région MENA. Et la plupart des cadres de l'armée algérienne sont formés dans les académies soviétiques, à l'instar du Général Gaïd Salah, chef d’état-major depuis 2004, et du général Benali Ben Ali, commandant de la Garde présidentielle depuis 2015.

Vladimir Poutine tourne le dos à la Révolution populaire algérienne

« La révolution algérienne est une simple manipulation de puissances extérieures. »

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Selon Le Monde, Vladimir Poutine ne croit pas à la réalité populaire du mouvement de protestation que connait l’Algérie depuis le 22 février 2019 et qui a entraîné la chute du président Abdelaziz Bouteflika. « Poutine n’a jamais cru lui-même à la réalité populaire des différentes "révolutions de couleur", préférant voir, dans de telles protestations pacifiques, une simple manipulation de puissances extérieures », explique le quotidien français.

Par ailleurs, les médias russes donnent plus de voix aux appels du chef d’état-major Gaïd Salah, à la normalisation du pays, ainsi que ses dénonciations de la « main étrangère », au détriment des manifestations de masse qui se déroulent en Algérie depuis 29 semaines.

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus