Shérazade
17/07/2019 19:33

Lutte contre la corruption : Mahdjoub Bedda sous mandat de dépôt

L’ancien ministre de l’Industrie et des Mines Mahdjoub Bedda a été placé sous mandat de dépôt aujourd’hui, mercredi 17 juillet, après qu’il ait comparu tout au long de la matinée devant le conseiller enquêteur près la Cour suprême d’Alger. Cet ancien ministre a été entendu dans une enquête liée à la lutte contre la corruption.

Après la fin de ce procès, Mahdjoub Bedda a été placé sous mandat de dépôt. Il est accusé d’avoir accordé des privilèges indus à des industriels d’automobile. Hacène Arbaoui, le propriétaire de la marque KIA Algérie, en ferait d’ailleurs partie.

Selon l'agence de presse officielle, Mahdjoub Bedda est poursuivi pour « la participation à la dilapidation et à l’utilisation de fonds de banque, abus de fonction intentionnel à l’effet d’accorder d’indus privilèges à autrui, exercice d’une activité professionnelle par un agent public dans une entreprise qu’il est chargé de contrôler, et enfin conclusion de marchés avec la même entreprise dans un délai inférieur à deux ans ».

Lutte contre la corruption en Algérie : Les condamnations se poursuivent

Rappelons que le 20 juin dernier, 17 autres personnes avaient été présentés devant le procureur de la République près le Tribunal de Sidi M’Hamed dans cette même affaire. Après les avoir entendus sur les faits qui leur sont reprochés, le procureur a ordonné l’ouverture d’une enquête afin de poursuivre 14 personnes physiques et 3 personnes morales (sociétés).

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Les chefs d’accusation formulés à l’encontre de ces personnes sont : « blanchiment d’argent et transfert de biens obtenus par des faits de corruption, bénéfice du pouvoir et de l’influence des agents de l’État, durant l’établissement de contrats et de marchés, ainsi que, dilapidation des deniers publics », a annoncé l’APS en citant un communiqué de cette juridiction.

Les personnes poursuivies sont « l’homme d’affaires Hacène Arbaoui et deux de ses frères, cinq hauts fonctionnaires du ministère de l’Industrie et des Mines, le directeur général de la Banque nationale d’Algérie (BNA), deux anciens directeurs de deux entreprises publiques, tous ont été mis en détention provisoire ».

D’autres personnes sont poursuivies, mais sont actuellement en liberté et sous contrôle judiciaire. Il s’agit de « l’ex-directeur général de la promotion de l’investissement au ministère de l’Industrie et des Mines, de deux frères de l’accusé principal, du chef de département au sein d’une entreprise publique, du président actuel d’une commune ainsi qu’un commerçant ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus