Arezki I.
12/11/2019 15:42

Les étudiants algériens se donnent à une démonstration de force

C’est une véritable démonstration de force à laquelle se sont donnés les étudiants algériens, ce mardi 12 novembre, pour le 38eme mardi. Les étudiants revendiquent le changement du système, une justice et une presse libres. Les étudiants ont également réitéré leur rejet des élections présidentielles du 12 décembre.

Des dizaines de milliers d’étudiants sont sortis à travers le territoire national, aujourd’hui, comme chaque mardi depuis le 22 février dernier, pour exiger le départ du régime. Les slogans scandés, pour le 38e mardi de suite par les étudiants ont rapport notamment au rejet catégorique des élections présidentielles, prévues le 12 décembre prochain.

Le froid et les chutes torrentielles de pluies n’ont pas empêché les étudiants de sortir en grand nombre à Alger, Tizi Ouzou, Annaba, Oran, Sidi Bel Abbès, Constantine ou encore à Bejaia. Ils réclament une « presse libre » et crier haut et fort « non à la justice du téléphone, oui pour une justice indépendante ». Cela en plus des slogans habituelle réclamant un « Etat civil et non militaire », « Klitou lebled ya serraqin », crient-on a gorges déployées. Les manifestants ont également dénoncé l’emprisonnement et la condamnation de manifestants ayant brandis le drapeau amazigh.

Une marée humaine à Alger

A Alger, une marée humaine composée essentiellement d’étudiants, rejoints par d’autres manifestants s’est formée devant la FAC centrale. Les manifestants se sont ébranlés du Boulevard Didouche Mourad en direction du Tribunal Sidi M’hammed et le siège de l’Assemblée nationale, en passant par la Grande poste et la rue Larbi Ben M’Hidi, scandant des slogans hostiles au pouvoir et rejetant les élections présidentielles.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

A Bejaia, un grand rassemblement est tenu devant le tribunal de la ville pour dénoncer les décisions de la justice d’emprisonner les porteurs du drapeau amazigh. Des portraits des prisonniers ont été brandis par les étudiants.

La communauté estudiantine, qui est sortie en masse ce mardi contre le régime « dictatorial » démontre, une fois de plus qu’elle maintient sa forte mobilisation avec le Hirak.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus