Auteur invité
30/06/2017 21:51

L’art rejeté par la pensée renfermée algérienne

« L’art, c’est la plus sublime mission de l’homme, puisque c’est l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre » [Auguste Rodin], Cette phrase, lourde de sens, nous impose une image fragile de l’homme et son rapport avec le conscient et le subconscient. Une image, mais aussi une sensibilité qui doit s’ouvrir à la vie et au monde, qui nous entoure, une sensibilité qui n’est malheureusement qu’une entité pour le peuple algérien.

Sommes-nous en tant qu’algériens, démunis de toute sensibilité face à l’art ? Le constat est tout de suite établi face à cette question. Lorsque l’art, doit agir en tant que libérateur de l’âme et de la société, il est craint et rejeté par la plupart d’entre nous. C’est donc à la question d’évolution de la discipline que doivent se pencher toutes les tètes.

Ainsi, l’art, apporte à la société, au peuple qui l’habite, une plénitude, un moyen d’extérioriser sa pensée, un moyen de montrer son talent, sans tabou ni restriction. C’est une démarche qui illumine l’âme humaine et développe la réflexion dans tout les domaines. Mais là se pose, donc, le problème, un tel développement ne peut être conçu pour la plupart d’entre nous.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Hélas, les tabous, les appréhensions et le manque de culture, font de nous, les pires ennemis de l’art. Cette discipline, ne décollera pas tant que les mœurs ne changeront pas. C’est en tout cas, ce que nous observons tous les jours.

Effectivement, la société, dans son ensemble, ne tend pas à la sensibilisation des algériens, à l’art en général. Très peu sont ceux qui se tournent avec ferveur dans cette discipline, mais qui trouvent sur leur chemin, des obstacles. À croire que cela est volontaire. Car, si nous voulons voir une évolution dans ce domaine, il y a à faire un vrai travail de fond et de sensibilisation. En commençant par l’éducation. Certes, l’école algérienne remplit peut-être son devoir dans l’apprentissage, mais elle n’ouvre en aucun cas l’enfant à sa sensibilité profonde.

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus