Ahmed Oul
11/10/2019 16:10

De jeunes sans-papiers algériens laissés à l'abandon en France

France – Une dizaine de mineurs non accompagnés, dont des Algériens, ont tenu, mercredi 9 octobre, un rassemblement de protestation devant le conseil départemental des Bouches-du-Rhône dans la préfecture de Marseille. Ces enfants en situation irrégulière en France, demandent à être hébergés et scolarisés comme l'exige la loi, rapporte le site d'information La Marseillaise.

Les mineurs non accompagnés ont scandé « un toit, une école, c'est un droit ! » devant le service du conseil départemental censé prendre en charge cette catégorie de migrants clandestins. Sans papiers et sans parents, ces jeunes migrants sont livrés à eux même. Mohamed, un Algérien de 15 ans, explique à La Marseillaise que son souhait est « une vie comme tous les enfants d'ici. On ne veut pas devenir des délinquants », a-t-il déclaré.

Sous prétexte de manque de moyens alloués par l'État, ces enfants mineurs sont laissés à l'abandon par les services du Département des Bouches-du-Rhône. Ce sont des bénévoles solidaires qui s'occupent, depuis des mois, de l'accueil de ces jeunes dans la bastide du diocèse de la ville.

Pour sa part, la présidente du Département, Martine Vassal soutient que « dans cet établissement (le diocèse, NDLR), le migrant bénéficie d'un accueil raisonnable, avec nourriture, vêtements et d'un accompagnement éducatif par les bénévoles ».

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Un sans-papiers algérien meurt d'une overdose

Un « mineur non accompagné » algérien, âgé de 17 ans, a été retrouvé mort il y a quelques mois, dans une chambre de l'hôtel d'accueil de Genas, dans la banlieue de Lyon. Le mineur algérien est mort d’une overdose alors que son ami a été transféré en service de réanimation.

Arrivé sur le territoire français sans titre de séjour, le jeune algérien étant un « mineur non accompagné » (MNA) a été placé dans un hôtel d’accueil de la ville de Lyon, sous la responsabilité de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), qui prend en charge les mineurs qui arrivent sur le territoire français non accompagnés par un représentant légal.

Pour rappel, ce drame a suscité une vive polémique en France sur les conditions d’accueil et d’hébergement des « mineurs non accompagnés », que les associations de défense des droits des enfants jugent inadaptées.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus