Shérazade
19/08/2019 13:10

Une instance internationale veut aider l'Algérie à récupérer l'argent pillé

La Cour internationale de règlement des différends (INCODIR) a annoncé qu’elle se tiendrait prête à coopérer avec l’Algérie et ses institutions, afin que cette dernière puisse récupérer l’argent pillé. INCODIR annonce qu’elle veut aider l'Algérie à récupérer son argent volé, et qu'elle sera aussi médiatrice dans cette mission.

Aujourd’hui, la question qui demeure primordiale en Algérie est de savoir si les autorités pourront récupérer l’argent volé. Quand les analystes et les observateurs évoquent les transferts d’argent à l’étranger, ils les estiment à plusieurs dizaines de milliards de dollars. La Cour internationale de règlement des différends accorde un intérêt particulier à ces sommes d’argent faramineuses.

Aider l'Algérie à récupérer son argent pillé

Ainsi, cet organe privé composé d’experts en économie, droit, sociologie, et qui exerce ses activités aux niveaux national, international et régional, a d’abord salué le travail de l’institution militaire et plus précisément celui de l’Armée populaire nationale. INCODIR s’est également dite fière des résultats pacifiques réalisés jusqu’à présent lors de l’accompagnement du mouvement populaire de contestation.

Par ailleurs, INCODIR qui est actuellement présidé par le juge Mohamed Bahloul, qui a félicité la justice algérienne, dirigée par le ministre de la Justice Belkacem Zeghmati. INCODIR considère que le nouveau ministre a apporté une nouvelle ère à la justice algérienne, surtout pour la réouverture des dossiers de corruption. Cet organe a d’ailleurs exprimé sa volonté quant à soutenir l’Algérie pour qu'elle récupère l'argent pillé par ses anciens dirigeants et responsables.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Une initiative qui ressemble à celle de Benflis

Rappelons que cette initiative a déjà été promue par Ali Benflis. En effet, le chef du parti Talaie El Hourriyet a dernièrement évoqué un plan pour récupérer l’argent pillé par les anciens hommes politiques et hommes d’affaires. Benflis a souligné l’importance de faire recours aux bureaux internationaux spécialisés dans la recherche et l’investigation sur les affaires de transfert illicite d’argent, de contrebande et blanchiment d’argent. Puis d’envoyer un panel de juges compétents à l’étranger pour mener les négociations. Dans cette seconde étape, Benflis a expliqué qu’il était important qu’un groupe de juges compétents se déplace à l’étranger pour rencontrer leurs homologues. Les juges se rendront dans ces pays afin de discuter des conditions de ces derniers pour la restitution de l’argent volé.

Laisser un commentaire

Voir les commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus