Ahmed Oul
26/11/2019 14:53

Hirak en Algérie : La France se prononce sur la liberté de manifester

L'État français s'est prononcé ce mardi 26 novembre sur la question de la liberté de manifester en Algérie. Dans un entretien accordé au journal La Provence, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a ainsi appelé au respect de la liberté de manifester des Algériens.

En effet, Jean-Yves Le Drian a souligné que la solution en Algérie réside dans « le dialogue démocratique » et « le respect de la liberté de manifester ». Interrogé sur la situation politique en Algérie, le ministre français a estimé que "la solution, c'est le dialogue démocratique dans lequel chacun puisse exprimer sans crainte et ses opinions". « Et que les libertés d'expression, de religion, de la presse et de manifestation soient pleinement respectées », a indiqué Le Drian.

Le ministre français a souligné néanmoins, « qu'il appartient aux Algériens qui font preuve d’une maturité exemplaire, de définir (les modalités de la transition Ndlr) », a-t-il conclu.

Le Drian soutient-il les manifestants ?

Le chef de la diplomatie française s'est montré une nouvelle fois très prudent et très évasif en évoquant  la situation politique en Algérie. Mais il faut dire que son appel au respect du droit de manifester est considéré comme un signe de soutien aux manifestants. Ces derniers, est-on tenté de rappeler, refusent toujours la tenue d'une élection présidentielle le 12 décembre. Aussi, les services de sécurité ont arrêté plusieurs dizaines de manifestants ces derniers mois. Alors que certains d'entre eux ont été inculpés pour "attroupement non autorisé".

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Pour rappel, le ministre français des Affaires étrangères s’est déjà exprimé en septembre dernier sur la situation politique en Algérie, conseillant la voie du dialogue pour faire sortir le pays de la crise. Le chef de la diplomatie française avait mis l’accent sur la nécessité de privilégier la voie du dialogue entre les Algériens. "Nous comptons sur le sens des responsabilités des Algériens. Nous pensons que la voie du dialogue doit s’imposer. Il faut que les Algériens trouvent eux-mêmes les voies du dialogue. Ce n’est pas à la France de dire aux Algériens comment il faut faire », avait estimé Jean-Yves Le Drian.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus