Aylan Afir
25/11/2019 13:40

Algérie : Abdelmadjid Tebboune s'attaque violemment au Maroc

Le candidat à l'élection présidentielle du 12 décembre Abdelmadjid Tebboune a violemment attaqué le Maroc lors d'une conférence de presse et suite à une question sur la réouverture des frontières. Pour lui, le Maroc doit avant tout s'excuser auprès du peuple algérien. Il ne ferme cependant pas les portes à une réouverture de la frontière entre deux pays.

« Les frontières peuvent être rouvertes un jour. Mais ils doivent s'excuser. Les frontières n'ont pas été fermées à cause du Sahara occidental. On ne doit pas falsifier la réalité », a affirmé Tebboune. Il rappelle que les Algériens avaient subi des violences à l'époque. « Ils étaient violentés de partout, mais pas du peuple marocain qui a aidé les Algériens à fuir et à lui faire passer la frontière », a-t-il ajouté.

Pour l'ex-Premier ministre, l'attentat de Marrakech en 1994 a fait trembler "le lobby" qu'il y avait au Maroc. Il suggère même que c'est ce lobby qui a décidé de la marche à suivre ce jour. Le candidat à la présidentielle rappelle aussi la décision du royaume d'imposer le visa aux Algériens à un moment où l'Algérie souffrait d'un embargo international. « Et à l'époque, les frontières de la France nous étaient fermées, les autres frontières aussi. Nous étions boycottées par les compagnies aériennes. Et eux ils rajoutent à l'embargo, sur ordre de... », a martelé Tebboune, suggérant que le palais royal marocain n'avait pas agi en toute autonomie.

Pour Tebboune, le Maroc doit s'excuser

« Environ 350 000 Algériens étaient bloqués à l'époque », indique encore le candidat à la présidentielle. « Ils ont été violentés. Il a fallu envoyer des autocars et des bateaux. Qu'ils commencent par présenter des excuses », a-t-il réitéré.

Les Algériens ont eu vent de la décision marocaine à travers les médias alors que l'Algérie présidait l'Union du Maghreb. Pire encore, Ils ont même imposé un visa aux étrangers, particulièrement les Français, d'origine algérienne ». « Cela n'est jamais arrivé dans l'histoire des relations diplomatiques », a-t-il déclaré.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Tebboune ne ferme pas la porte à la réouverture des frontières

Toujours dans le même cadre, Tebboune rappelle la déclaration du ministre de l'Intérieur d'un pays étranger qui a du poids au Maroc. C'est une déclaration qui a eu lieu une semaine après l'attentat de Marrakech. « Il a dit une semaine plus tard qu'il avait toutes les preuves que l'Algérie n'était en rien concernée par ce qui s'est passé à Marrakech », a-t-il ajouté avec une certaine amertume.

« Avec tout cela, et ils ne se sont pas excusés » a-t-il martelé. Pour lui, les excuses doivent être adressées au peuple algérien que les autorités marocaines ont humilié à l'époque. "Quand je dis qu'ils doivent présenter leurs excuses, c'est avant tout au peuple algérien, parce que c'est lui qui a été humilié à l'époque », a encore estimé Tebboune.

Ce n'est pas le premier candidat à la présidentielle qui aborde la question des relations algéro-marocaines et de la réouverture des frontières. Abdelaziz Belaïd l'a également évoqué jeudi 21 novembre lors d'un meeting à Tlemcen. « L’ouverture des frontières communes entre les deux pays dépend de la résolution des dossiers en suspens », a-t-il estimé, promettant de rouvrir ce dossier s'il était élu.

Lire aussi : Relations Algérie-Maroc : Vers un proche dénouement ?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus