Shérazade
03/09/2019 08:00

Algérie : Une agence américaine prévoit une grave crise économique

La crise politico-économique que traverse l’Algérie fait craindre le pire. En effet, Fitch Solutions, une agence internationale de notations financières, a dressé un bilan alarmant sur la situation économique de l'Algérie.

Ainsi, l’agence de notations financières a prédit, dans un rapport alarmant, un taux de croissance économique qui n’atteindra pas les 1,7 % durant cette année de 2019. Cette estimation reste faible comparée à celle de 2018, qui était de 2,5 %. Fitch solutions associe la régression économique à la crise politique qui a frappé le pays depuis le 22 février dernier. Par ailleurs, l’agence a estimé que l’Algérie, sur fond de crise politique, ne réalisera qu’une minime croissance de 2 %. Le gouvernement algérien avait estimé ce taux à 2,3 % au minimum. Des prédictions que l'État avait faites avant le 22 février.

Le taux de croissance de l'économie algérienne est au plus bas

L'instabilité politique et sociale retardent de sérieuses décisions et réformes qui doivent être prises par le gouvernement algérien. Une réforme devait alors permettre l’ouverture aux investissements, et la mise en place de certaines facilités économique et commerciales, censées propulser la croissance économique.

D'après ce rapport de Fitch Solutions, l'Algérie donne la priorité à la résolution de la crise politique et néglige l’aspect économique. Cela dit, si cette négligence persiste, le gouvernement risque de trouver les compteurs économiques à zéro après qu’il ait réglé la crise politique. Il devrait alors tout recommencer depuis le début.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Après la chute du régime de Abdelaziz Bouteflika, la notion d'« économie nationale » s’est peu à peu faite ronger par la crise politique. En effet, le secteur privé devient stérile depuis l’arrestation des patrons des plus importantes sociétés. D'après les observateurs, les décisions économiques prises sous le gouvernement d’Ahmed Ouyahia ont affecté tous les segments de la machine économique, et le système bancaire algérien est lui aussi devenu un parasite qui entrave l’activité et le fonctionnement des entreprises. Pour ce qui est des entreprises étatiques, celles-ci sont toujours enterrées sous un tas de bureaucratie.

Lire aussi : L’euro va flamber suite à l’autorisation de l’importation des voitures d’occasion

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus