Pica Ouazi
10/10/2019 18:55

La Banque mondiale prévoit un ralentissement de l'économie algérienne

La Banque mondiale a rendu public, hier 9 octobre, un rapport sur la crise politique que traverse l’Algérie. L'institution monétaire internationale a montré son pessimisme concernant la relance économique ainsi que la croissance de l'Algérie.

En effet, la Banque mondiale prévoit un taux de croissance du PIB qui ralentirait à 1,3% en 2019 contre 1,5% l’année précédente. Elle ajoute dans son rapport que « l’incertitude politique devrait entraîner un ralentissement du secteur hors hydrocarbures en 2019 ».

Le rapport de la Banque mondiale explique que la compagne de lutte contre la corruption devrait elle aussi avoir une influence négative sur l’économie nationale. « Des dirigeants d’entreprises de divers secteurs ont été arrêtés dans le cadre d’enquêtes sur des affaires de corruption. Ce qui a eu pour effet de perturber l’économie en raison de changements soudains dans la direction et la supervision de ces entreprises, ainsi que de l’incertitude planant sur les investissements ».

La banque mondiale pessimiste à propos des hydrocarbures

En ce qui concerne les hydrocarbures, le rapport n’est guère reluisant. Il explique que le contexte politique ralentira considérablement la croissance. « Dans le secteur des hydrocarbures, l’incertitude politique atténuera l’espoir d’une augmentation de la production, la révision de la loi sur la fiscalité des hydrocarbures étant retardée. En conséquence, la croissance du PIB devrait se ralentir à 1,3 % en 2019 ».

La Banque mondiale ajoute que l’échéance électorale prévue le 12 décembre n’est pas pour arranger les choses. Au contraire, elle contribue au maintien du statu quo en ce qui concerne les équilibres budgétaires « La période préélectorale risque également de retarder davantage le processus d’assainissement budgétaire programmé pour 2019, aggravant le déficit budgétaire à 12,1 % du PIB et augmentant le risque d’un ajustement plus brutal à l’avenir ».

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

La Banque mondiale sceptique sur l'économie algérienne

La Banque mondiale reste sceptique par rapport aux mesures qui sont prises par le gouvernement Bedoui. Elle explique que vu le climat social instable, le gouvernement dépensera beaucoup d’argent dans des actions qui visent à calmer la rue.

« Le cours des événements politiques devrait avoir une incidence sur l’activité économique. On s’attend également à ce que davantage de ressources soient affectées aux mesures sociales, au détriment des dépenses d’investissement public », explique la Banque mondiale.

Le rapport conclut que faute de solutions à la crise, l’économie algérienne ira de mal en pire. « Le retardement de la sortie de l’impasse politique et l’incertitude politique pourraient nuire davantage à l’économie du pays. Ce qui entraînerait une augmentation des importations et un amenuisement accru des réserves de change », affirme encore l'institut financière internationale.

Lire aussi : Situation financière de l’Algérie : le FMI et la Banque Mondiale tirent la sonnette d’alarme

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus