Pica Ouazi
07/10/2019 18:43

Algérie : « L'Europe n'a pas respecté l'accord sur le libre échange »

Le président de l’association nationale des exportateurs algériens, Ali Bey Nasri, a averti sur les conséquences de la rentrée en vigueur de l’accord de libre-échange entre l’Algérie et l’Union européenne en 2020. S’exprimant sur les ondes de la chaîne 1 de la radio algérienne, hier 6 octobre, Ali Bey Nasri a affirmé que cet accord peut engendrer des résultats catastrophiques sur l’économie nationale.

Le président de l’association des exportateurs algériens souligne que cet accord n’est pas dans l'intérêt de l’Algérie, dont l’économie est largement tributaires des rentres en hydrocarbures. Il ajoute que le volume des échanges avec l’Union européenne a atteint 295 milliards de dollars, dont seulement 12 milliards qui rentrent dans les caisses algériennes grâce aux produits dérivés des hydrocarbures.

Ali Bey Nasri révèle que l’accord avec l’Union européenne contient 110 articles. Il ajoute que du côté européen seul le volet commercial est respecté, et que le transfert des technologies et de la coopération n’est pas pris en considération, ce qui lèse considérablement l’Algérie.

Le président de l’association nationale des exportateurs algériens souligne que les accords signés avec l’Union européenne ont été faits sans aucune étude sérieuse, ce qui défavorise l’Algérie, qui ne serait qu’un marché pour les multinationales européennes sans contrepartie pour l’industrie algérienne, qui au contraire souffrira de la concurrence. Il conclut que l’Algérie n’est pas encore prête à l’application de ces accords qu’il faudra renégocier comme l’ont fait nos voisins les Tunisiens et Marocains.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Il faut rappeler que l'accord d'association avec l'Union européenne prévoit une période de transition de 12 ans avant l'établissement d'une zone de libre-échange. Ainsi, les droits de douane et taxes applicables aux importations algériennes provenant de la Communauté européenne diminueront progressivement avant d'être complètement éliminés. Ils rentreront en vigueur à partir de 2020.

Lire aussi : Économie : Vers la libération de l’importation en Algérie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus