khaled Bel
26/08/2019 13:54

Algérie : Une affaire de corruption dénoncée par une lettre anonyme

Une lettre anonyme qui dénonce une affaire de corruption au niveau de la direction des ressources en eau, de la wilaya de Souk Ahras, a été déposée sur le bureau du procureur général de cette même wilaya. Suite à cela le procureur général a ordonné une enquête le 27 mai, cette investigation est dirigée par des agents spécialisés de la Gendarmerie nationale.

Grâce à cette lettre anonyme, la gendarmerie a ainsi découvert que la direction des ressources en eau de la wilaya de Souk Ahras a orchestré plusieurs manœuvres secrètes et illégales, dont un projet de réhabilitation et d’extension du réseau d’approvisionnement en eau potable. En effet, le directeur des ressources en eau de Souk Ahras, n’aurait pas respecté la procédure qui l'oblige à faire un appel d’offre avant de remettre le projet à un soumissionnaire en travaux publics.

La direction des ressources en eau accusée d'octroyer d'indus avantages

Le directeur des ressources en eau aurait alors remis le projet de réhabilitation et d’extension du réseau d’approvisionnement en eau potable à un entrepreneur très puissant dans la région, et dont le frère serait député à l’Assemblée populaire nationale. Il est important de rappeler que le marché public a été délégué au prix de 112 milliards de centimes de dinars. L’expertise de la gendarmerie a estimé que ce prix était trop élevé.

La Gendarmerie nationale a établi un rapport au bout de quelques jours seulement, elle a ainsi relevé que ce projet a été confié secrètement au frère d’un parlementaire, à un prix extrêmement élevé. Cette affaire a été présentée au juge d’instruction le 14 juillet, 11 suspects ont alors été auditionnés au tribunal de Souk Ahras.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Prison ferme pour trois personnes

Le directeur des ressources en eau, l’entrepreneur, ainsi qu’un autre haut responsable, ont été condamnés à la prison ferme. L’accusation principale dans cette affaire est la délivrance d’indus avantages, conformément à l’article 26, de la loi relative à la lutte contre la corruption.

Enfin, et de son côté, le mis en cause a affirmé que le projet a été annoncé et que l’appel d’offres s’est fait en toute transparence, d'après le recours de son avocat, dont Observ'Algérie détient une copie. Et que la direction a tranché après avoir pris le temps d’étudier les différentes offres. L’entrepreneur a également affirmé que le projet ayant été estimé à 1 124 245 693 dinars algériens a été revu à la baisse par son entreprise qui l’a estimé à 910 965 787 dinars et que la différence de 213 280 175 dinars a été remise à l’État. Elle n’a pas été empochée par la société des travaux publics, comme cela avait été rapporté, et qualifié de corruption, dans le rapport d’enquête de la gendarmerie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus