Pica Ouazi
28/07/2019 13:46

Algérie : Saïd Sadi accuse le pouvoir de prendre des otages

L’ex-président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) Saïd Sadi a réagi à l’installation de la Commission nationale du dialogue. Il a accusé le pouvoir de « prendre le peuple en otage à travers un chantage qu’il exerce sur la rue pour libérer les détenus d’opinion ».

Saïd Sadi affirme, dans une longue contribution publiée sur sa page Facebook, que les autorités usent de procédés hallucinants, pour amener le peuple à accepter la feuille de route suggérée par le pouvoir politique. « Pour libérer des Algériens injustement arrêtés, le pouvoir, désormais aussi illégal qu’illégitime, exige que la rue accepte sa feuille de route, c’est-à-dire de renoncer à la transition, autant dire la trahison du peuple. Cela s’appelle une prise d’otages », écrit Saïd Sadi.

Le docteur Sadi souligne que le paternalisme d’un pouvoir autoritaire se justifie par l’imposition de choix pour un soi-disant intérêt national. « Ce dictât, nous dit-on, est imposé pour le bien de l’Algérie. Mais passons sur les dirigeants : ils ont pillé, abusé et rien, hormis la volonté populaire, ne les fera bouger », explique-t-il.

Saïd Sadi dénonce le retour sur le terrain d’anciens responsables pour sauver le régime. « Ce qui pose problème, ce sont ces personnes, ex-FLN ou assimilées, revenants ou réactivées, qui ne désespèrent pas de relancer le régime par l’organisation d’une présidentielle qui, dans les dispositions constitutionnelles actuelles, installera un dictateur au sommet de l’État », ajoute-t-il.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Saïd Sadi continue son réquisitoire en fustigeant la Commission de dialogue national, qu’il qualifie de tentative de détournement de la volonté populaire. « La dernière manipulation a été confiée à six supplétifs. Invariable, la réponse du peuple a été cinglante, ce vendredi. L’entendront-ils ? Si eux sont amenés à renoncer, d’autres clients ne seront-ils pas convoqués par leurs tuteurs – avant d’être, eux aussi, congédiés par les citoyens – pour tenter une autre opération de mystification ? » conclut le docteur en ce qui concerne cette commission.

Lire aussi : Saïd Sadi lance un appel à la diaspora algérienne au Canada

Voir les commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus