Aylan Afir
29/11/2019 12:13

Algérie : Peine de mort contre l'assassin d'une étudiante

Le tribunal criminel de la Cour de Biskra a confirmé la peine de mort prononcée contre l'assassin présumé de l'étudiante Abir. Il a également condamné ses complices à des peines de prison allant de trois à cinq ans fermes. Ses complices ne sont autres que des membres de sa famille dont la maman de l'accusé principal.

Selon le site arabophone Ennahar, le procès en première instance de cette affaire a eu lieu en décembre 2018. Ce jour là, le tribunal avait décidé la peine de mort et la perpétuité aux accusés. Outre l'accusé principal, la justice poursuivait sa mère, ses trois sœurs et ses deux frères.

A noter que les faits remontent au mois de février 2018. La jeune Abir a été retrouvée sans vie dans un quartier populaire, et avec des membres manquants. L'horrible drame avait mis en émoi tous les habitants de Biskra. D'ailleurs, la population de la capitale des Zibans a suivi de près ce feuilleton judiciaire. Et la famille de la victime a exprimé toute sa compassion à la famille de la victime.

Peine de mort prononcée en première instance

En fait, les services de sécurité ont aussitôt ouvert une enquête qui a abouti à l'arrestation du suspect principal. Ce dernier n'est autre que le voisin de sa victime, Abir qu'il a tuée au moment où elle rentrait à la maison.

Rien n'a filtré sur les mobiles du crime, mais la mise en accusation a impliqué les membres de sa famille en tant que complices. Et dans ce cas, il s'agirait de l'une de ces deux hypothèses. Soit, c'est une question de mœurs de laquelle la justice et la police veulent protéger la famille d'une société profondément rétrograde, soit il s'agit d'une affaire de sorcellerie.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Et là, même les autres membres de la famille de l'assassin ont besoin d'être protégés dans la mesure où ils risquent la stigmatisation et, peut-être, même l'excommunication. Et la justice pense qu'il serait injuste de faire payer un crime à des innocents.

Lire aussi : Oran : il écope de 10 ans de prison pour un crime d'honneur

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus