Aylan Afir
26/07/2019 17:49

Algérie - Maroc : La course à l'armement se poursuit

La course à l'armement entre l'Algérie et le Maroc se poursuit. Selon le site MENA Défense, le Maroc cherche à obtenir deux avions de transport militaire en surplus de l'Armée des États-Unis.

Selon ce média spécialisé, l'Armée marocaine veut acquérir deux C-130H en surplus aux États-Unis d'Amérique. Pour cela, le comité pour les Affaires étrangères du Congrès américain a reçu une notification de la part de la Defense Security Cooperation Agency (DSCA) pour financer deux C-130H en surplus. Le don d'appareils en excédent se fait dans le cadre d'un programme spécial : le Programme des articles de défense en excès (EDA) du Pentagone US.

Le Maroc est un client traditionnel des États-Unis depuis l’abandon par Rabat des relations militaires avec l’URSS en 1965. Cela donne des avantages au Royaume chérifien. Des avantages en nature, comme ces dons de toute sorte de matériel militaire en excédent.

Des dons en armement au profit du Maroc

D'ailleurs, chaque année, le DSCA offre des dizaines de millions de dollars en matériel militaire à l'armée royale marocaine. Selon un article de Middle East Eye, publié en décembre 2018, le Maroc a reçu gratuitement des dizaines de batteries de défense aérienne de courte portée Chapparral, et plus de 100 canons automoteurs M109. En 2017, le Maroc a ainsi reçu l'équivalent de 43 millions de dollars de dons.

Pour l'année 2018, les Forces armées royales attendaient 162 chars Abrams M1A1, 6'300 fusils d’assaut M16A4, 2'600 fusils à pompe M500, 76 tracteurs autoroutiers et différents équipements individuels, des vêtements, des radios et même des cuisines de campagne, selon la même source. Cela sans compter tous les armements que le Maroc achète auprès de ses fournisseurs américains.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Une course silencieuse, mais une Algérie active

Par ailleurs, il faut dire que cette course à l'armement entre les Algériens et les Marocains n'est pas menée de façon visible ou publique. C'est une course silencieuse qui ne se voit que quand l'un des deux pays achète un matériel ou révèle un matériel.

D'ailleurs, c'est le site MENA Défense qui a révélé en juin que l'Algérie modernisait ses bombardiers Su-24 au format M2. La Russie se réserve ce format en théorie, mais l’Algérie a eu l’autorisation de l’obtenir. « Cette dernière modernisation est véritablement révolutionnaire dans la mesure où elle permet à l’appareil d’une technologie des années 80 de larguer des bombes lisses, y compris des très anciens stocks, avec la précision d’un appareil de dernière génération et d’une munition high-tech coûtant de 50 à 100 fois son prix ».

En juin de cette année, on a enregistré l'apparition d'un radar anti-stealth chinois au sein de l'Armée algérienne. Ce radar 3D trans-horizon a la capacité de détecter des cibles volantes furtives à plus de 300 kilomètres. Il a aussi la capacité de détecter les satellites en orbite basse comme ceux utilisés pour l’observation. Cependant, l'ANP ne l'a pas encore intégré dans son système de défense anti-aérienne.

Voir les commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus