Ahmed Oul
23/11/2019 13:08

Algérie : L'ex-ministre de la Culture Meriem Merdaci gravement accusée

Le principal accusé dans le drame de la bousculade meurtrière lors du concert de Soolking à Alger, l'ex-directeur de l'ONDA, Samy Benchikh s'en est virulemment pris devant la justice à l'ancienne ministre de la Culture, Meriem Merdaci, rapporte le quotidien arabophone Echorouk.

Selon le même média, l’ex-directeur général de l’Office national des droits d’auteur et des droits voisins (ONDA) aurait déclaré au juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hammed que l’ancienne ministre de la Culture, Meriem Merdaci serait entièrement responsable de drame qui a causé la mort de 5 personnes, le 22 août dernier.

Samy Benchikh aurait assuré que c'est la ministre de la Culture qui avait décidé d'organiser le concert du chanteur algérien au stade de 20 août, malgré les réserves émises par le wali délégué de Hussein Dey sur la sécurité du stade.

L'ex-directeur de l'ONDA, sous mandat de dépôt depuis le 9 septembre dernier, affirme n'avoir aucune responsabilité dans ce qui s'est passé au stade du 20 août. Samy Benchikh a été entendu avec une trentaine de personnes liées de près ou de loin dans l’organisation de l'événement. Le juge d’instruction avait décidé de placer deux autres personnes en détentions, il s’agit du responsable d’une entreprise d’assurance et celui d’une entreprise de sécurité ayant travaillé avec l’ONDA lors de l’événement. Onze autres personnes ont été placées sous contrôle judiciaire dans la même affaire.

Lourdes peines requises contre les accusés

Le procureur de la République prés le tribunal de Sidi M'hemmed a requis hier, jeudi, 3 ans de prison ferme et 100.000 Da d'amende, contre les trois accusés principaux : Samy Benchikh, ex-directeur général de l'ONDA et Abdessalam Mohand, responsable d’une entreprise d’assurance ainsi que Oussama. Kh, patron de l'entreprise de sécurité « Vigiles », ayant travaillé avec l’ONDA lors de l’organisation du concert de Soolking.

Par ailleurs, 11 agents de sécurité sont également accusés d'homicide involontaire et encourent jusqu'à deux ans de prison ferme et 100.000 Da d'amende.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus