Pica Ouazi
22/07/2019 14:22

Algérie : Les forces démocratiques posent leurs exigences pour une sortie de crise

Algérie – Les signataires du Pacte pour l’alternative démocratique, réunis au siège du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), ont réitéré leurs exigences pour une sortie de crise qui ne peut avoir lieu sans passer par une période de transition, selon un communiqué rendu public le dimanche 21 juillet.

Ces forces politiques insistent sur la nécessité de passer par une période de transition. À cet effet, ils appellent à la tenue d’une convention nationale, le 31 août prochain, pour discuter d’un pacte politique pour « une véritable transition démocratique ».

Les signataires ont posé leurs conditions pour une sortie de crise et ont affirmé que toute démarche n’incluant pas la satisfaction de leurs exigence ne pourra aboutir à une véritable solution :

« Nous, signataires du Pacte pour l’alternative démocratique, réaffirmons qu’aucune initiative politique de quelque nature qu’elle soit et aucun dialogue politique ne sont viables sans la satisfaction des exigences suivantes : la libération des détenus politiques et d’opinion, l’ouverture des champs politiques et médiatiques, l’arrêt immédiat du dispositif répressif et de l’instrumentalisation de la justice, le départ du régime et de ses symboles ».

L'importance d'une période de transition en Algérie

Les signataires soulignent l’importance de la période de transition comme unique voie de sortie de crise : « En proposant une transition démocratique à travers un processus constituant souverain, les partis, les organisations et les personnalités qui ont signé le pacte pour une véritable transition démocratique, le 26 juin 2019, ouvrent la seule perspective possible pour donner la parole au peuple, afin qu’il puisse choisir démocratiquement la forme et le contenu des institutions qu’il souhaite mettre en place ».

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Les participants ont exprimé leur rejet des solutions proposées par le chef de l'État, ils « rejettent toutes tentatives d’imposer une élection présidentielle qui vise à sauver le régime en place ».

Les signataires du pacte insistent sur les préalables d’un véritable changement, qui consiste à « garantir les libertés fondamentales, une justice indépendante, l’égalité en droits entre les hommes et les femmes, les droits socio-économiques et consacrer l’alternance démocratique à tous les niveaux. La période de transition est ainsi le temps nécessaire pour mettre en place cet environnement institutionnel, sans lequel toute idée de rupture avec le système usurpateur sera vaine ».

Il faut rappeler que le Pacte est constitué de plusieurs partis politiques : le RCD, le FFS, le PT, le PST, le MDS et le PLD, ainsi que de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH) et de nombreuses personnalités politiques sans attache partisane.

Lire aussi : Sept partis politiques appellent à réunir les forces de l’alternative démocratique

Voir les commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus