Pica Ouazi
04/10/2019 15:03

Algérie : D'anciens dirigeants du FIS s'impliquent dans les présidentielles

Plusieurs anciens dirigeants du Front islamique du salut (FIS) se mobilisent pour les présidentielles prévues le 12 décembre. En effet, les cadres du parti dissous ont appelé, à travers la « Coalition pour un projet nationaliste », les algériens à s’inscrire sur les listes électorales avant la date limite de la révision de ces dernières le 6 octobre.

Cette coalition, constituée essentiellement de militants islamistes, considère que « ces élections sont la seule solution pour éviter au pays les dangers de l'instabilité ».

Ainsi, Ali Djeddi, ancien responsable du parti dissous FIS, Ahmed Bouadjlane, membre du conseil de la choura (le comité directeur du parti d'Abbassi Madani et d'Ali Belhadj) ainsi que Chikhaoui Ahmed, ancien élu du FIS, se sont allié avec plusieurs personnalités politiques du courant islamiste pour appeler le peuple algérien à voter en force lors des prochaines élections présidentielles.

Cette coalisions révèle qu’elle est en train d’étudier la candidature d’une personnalité nationale qu’ils vont annoncer prochainement. Ils appellent à écarter toutes les personnes qui ne sont pas intègres de Autorité indépendante de la surveillance des élections afin d’installer un climat de confiance pour des élections propres et honnêtes.

Les anciens du Front islamique du salut (FIS) se sont alliés avec les Frères musulmans afin de peser sur une élections qui, pour l’instant est rejetée, par la rue et une grande partie de l'opposition.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Il faut rappeler que le Front islamique du salut est une formation politique crée lors de l’ouverture politique de 1989. Le parti avait milité pour la création d'un État islamique en Algérie. Il est devenu parti majoritaire lors des élections municipales de 1990 et a gagné la majorité des sièges au parlement lors des législatives de décembre 1991. Le parti a été est dissous en mars 1992 par le Tribunal administratif d'Alger. Il a été accusé d’appeler à la violence. Il est considéré comme responsable de la décennie noire que l’Algérie a connu.

Lire aussi : Un ex-responsable du FIS s’attaque au drapeau amazigh et à la diversité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus